Rencontre avec...

Le portage… Rencontre avec Sophie Grebot

12 octobre 2012

L’équipe Omum est allée à la rencontre de Sophie Grebot , qui propose des ateliers autour du maternage…

“Passionnée depuis toujours par la maternité et le petit enfant”, Sophie Grebot est devenue infirmière puéricultrice en 1998.

Elle a d’abord exercé au sein des urgences pédiatriques. “Préférant se centrer sur l’accompagnement relationnel, elle a ensuite travaillé au sein de la Protection Maternelle et Infantile”. Elle s’est formée dans le massage pour bébé. Egalement conseillère, elle apporte une formation en portage.

“En 2008, elle a créé une association pour accompagner les familles dans la parentalité avec un accompagnement spécifique aux familles de jumeaux”, étant représentante de l’association “Allaitement des jumeaux et plus” en Gironde.

Elle vous accueille dans un lieu de partage où vous pouvez venir vous poser avec vos enfants, “pour rencontrer, pour échanger, être écouté et soutenu…”

Sophie Grebot, nous parle aujourd’hui du portage

Le mot « portage » est un terme aujourd’hui très en vogue. Pourtant, le portage existe depuis toujours, même s’il est vrai qu’en France, nous avons quelque peu délaissé cette idée de porter nos bébés, au 18ième siècle, à l’ère de l’hygiénisme, de la mise en nourrice, du féminisme français par la suite… De là aussi que vient notre « culture » du biberon… Car avant cela, nos enfants étaient portés et allaités, car c’est bien cela qui a permis la survie de la race humaine.

Portage, voilà un mot plein de sens… car oui, il faut porter nos petits, les porter physiquement, mais aussi psychiquement.

L’Humain est un mammifère, nous faisons partie de la catégorie des « portés », ainsi que le singe, le koala et le kangourou. Le nouveau-né, malgré les nombreuses évolutions qu’a subi l’être humain, a toujours ses réflexes qui lui permettent de s’agripper, en premier lieu le réflexe de « grasping », d’agrippement. Mais le bébé est appareillé de multiples sortes pour lui permettre d’être porté, ce qui lui apportera la proximité et donc la sécurité, base de la confiance en soi, de l’estime de soi.

Alors, oui, les bébés et les enfants ont besoin d’être portés, d’être à proximité de l’adulte. Le premier outil de portage reste les bras, nos bras qui savent se faire chauds, contenants et rassurants.

Il existe de nombreux autres dispositifs qui permettent de porter nos enfants. La poussette transporte l’enfant mais ne le porte pas. En revanche, toutes sortes de porte-bébé rigides ou en tissu existent. Certains sont peu confortables et non physiologiques, malgré un design fort sympathique, d’autres seront adaptés à l’enfant et au porteur. Et dans ces cas-là, le dispositif devient un véritable outil de liberté, qui va permettre d’offrir à l’enfant la proximité, la sécurité et l’autonomie à long terme tout en respectant sa physiologie (le dos, les hanches…) et qui va libérer les mains du porteur qui pourra ainsi vaquer sereinement sans se faire mal au dos qui plus est !

Une écharpe de qualité, un sling sont deux outils formidables qui répondent aux besoins de nos enfants et à nos propres besoins de parents. Deux outils économiques et écologiques aussi… A découvrir, plutôt en atelier pour être accompagné dans l’apprentissage de cette pratique. Et pour les enfants qui grandissent, de nombreux autres dispositifs peuvent être de bonnes alternatives comme le meï taï, le laotien, le manduca…

“Ce n’est que quand ses besoins de proximité sont satisfaits qu’un individu peut s’éloigner de sa figure d’attachement pour explorer le monde extérieur.”

B. Pierrehumbert – Le premier lien, 2002

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Ajouter une réponse