Jeunes mamans

Comment interpréter les pleurs de mon bébé ?

17 juin 2014

Dès ses premières minutes de vie, votre bébé pousse un cri : il annonce déjà son mécontentement, lui qui était si bien dans le giron maternel ! Si ce premier cri est d’abord une grande source de joie, le fait de ne pas comprendre pourquoi bébé se met à pleurer peut, par la suite, devenir une réelle souffrance pour les parents ! Voilà quelques pistes qui vous permettront d‘identifier les types de pleurs, les interpréter et les calmer pour votre plus grand bonheur et celui de votre bébé !

Pourquoi nos bébés pleurent ?

Il est important de comprendre qu’il est parfaitement normal pour les bébés de pleurer. Ils ne possèdent pas la parole, c’est un moyen pour eux de s’exprimer. Les nourrissons pleurent en moyenne entre 1 et 3 heures par jour ! Les pleurs leur permettent de se faire comprendre mais aussi d’attirer votre attention.

Quand les pleurs sont fréquents, certains parents se remettent en question et cela peut vite devenir une véritable source d’inquiétude. Vous apprendrez au fil du temps à reconnaître les différents pleurs de votre enfant et à anticiper ses besoins. Au fur et à mesure que bébé grandit, il comprendra par lui-même qu’il peut attirer l’attention de son entourage de différentes manières : des bruits, des gestes, des sourires… En attendant cette période d’accalmie, la patience sera votre meilleure alliée !

Bien identifier les différents types de pleurs

1) J’ai faim : les bébés disposent d’un petit estomac. Il se peut que votre bébé pleure car il a faim Si vous lui donnez le sein, les tétées se font en général toutes les deux heures. En effet, au contact de votre peau et de votre sein si familier, bébé ne tête pas en grande quantité et finit souvent par s’endormir. Les premiers jours qui suivent la naissance de votre bébé, il est important de le nourrir souvent, cela favorisera la montée de votre lait maternel. Pour les bébés nourris au biberon, la quantité de lait absorbée par votre enfant est plus importante mais bébé est peut-être un gourmand… Essayez de noter sur un petit carnet les prises de biberon afin de vous rendre compte du temps entre chacun d’eux. Si bébé commence à pleurer deux heures après son dernier biberon, vous pouvez lui en proposer un nouveau.

2) Ma couche est sale : certains bébés vont râler si leur couche est sale ou mouillée, d’autres à l’inverse ne seront pas du tout gênés. Le plus simple est de sentir bébé et de changer sa couche si besoin. Laisser une couche pleine à son bébé trop longtemps peut provoquer des irritations car sa peau est particulièrement sensible et fragile. Une couche trop serrée peut aussi être à l’origine de cris car votre bout’chou se sentira trop étriqué.

3) Je veux un câlin : et oui bébé est très demandeur d’affection ! Les contacts physiques lui permettent de se sentir en sécurité. Des techniques de massages existent pour le rassurer, le portage lui permet aussi d’être contre vous. Cette proximité et la chaleur de votre corps l’apaisent. Beaucoup de méthodes de maternage vous donneront des idées et des solutions.

4) Je suis fatigué : certains bébés sont très stimulés par les visiteurs, l’environnement bruyant, la lumière et dans ce cas ils peuvent être à fleur de peau et râler. Dans ce cas, n’hésitez pas à mettre bébé dans un endroit calme afin qu’il puisse s’endormir sereinement. Une technique efficace est le contact peau à peau. Votre enfant reconnait naturellement votre odeur et se sentira rassuré, bien câliné contre vous. Enfin, les poussées dentaires peuvent aussi l’empêcher de faire ses nuits. N’hésitez pas à le bercer, cela pourra le rassurer et faciliter son sommeil.

Et nous, les parents, dans tout ça…

Les parents, face aux pleurs de leurs bébés, sont souvent déroutés surtout lorsqu’il s’agit du premier enfant ! Il ne faut pas culpabiliser et se remettre sans cesse en question.

Au fil du temps, vous apprendrez à décrypter les besoins de votre enfant et les pleurs seront de moins en moins fréquents. Chaque enfant à sa propre personnalité, certains râlent plus, d’autres sont plus émotifs, d’autres craintifs.

L’essentiel est d’aimer son enfant et de lui prouver que vous êtes présents pour lui. L’amour que vous lui portez l’aidera doucement à se faire sa place dans la famille et lui permettra de s’épanouir à son rythme. Pour le plus grand plaisir de toute la tribu, les pleurs se feront plus discrets (peut-être) !

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Ajouter une réponse