Histoires de maternage

L’histoire de la maternité en Europe : les naissances sous l’Ancien Régime

1 août 2013

Omum enclenche sa machine à remonter le temps pour vous emmener sous l’Ancien Régime, au cœur de l’accouchement à domicile et de ces nombreux rites, avec un nouveau chapitre de l’histoire de la maternité. Contrairement aux pratiques de la maternité qui étaient différentes selon l’origine sociale, l’accouchement se faisait pour toutes les femmes, bourgeoises, nobles et paysannes à la maison.

En effet, à cette époque, les accouchements se pratiquaient dans la plus grande pièce de la maison. La mortalité en couche étant très élevée à cette époque, de nombreuses croyances et pratiques étaient associées à l’accouchement. Par exemple, tous les nœuds présents dans la maison étaient dénoués le jour de l’accouchement afin d’éviter que le cordon ombilical ne s’enroule autour du cou du nouveau-né.Histoire de la maternité_l'accouchement à domicile pendant l'Ancien Régime_2b

De plus, seules les femmes pouvaient assister à l’accouchement, les hommes le considérant comme « sale ». C’était la matrone, la femme la plus expérimentée du village possédant le savoir ancestral, qui était autorisée à aider les futures mamans à accoucher. Elle s’habillait en vert et portait toujours des gants pour éviter de se souiller les mains avec le sang de la mère, considéré comme impur. Mais peu à peu, les hommes ont commencé à s’intéresser aux accouchements et à occuper une place plus importante vis-à-vis de la mise au monde.

Toutefois, certains accouchements très particuliers avaient lieu en public ! C’était notamment le cas des accouchements royaux, pour lesquels toute la cour assistait à l’événement.Histoire de la maternité_l'accouchement à domicile pendant l'Ancien Régime_2

Durant, la fin de l’Ancien Régime, la France fût également traversée par une vague d’abandons. Les principales causes de ces abandons étaient les enfants conçus hors-mariage ou illégitimes. Au XVIIème siècle, avec la remise en question des valeurs morales de l’Eglise, les vertus de la chasteté ont perdu de leur popularité. Les relations hors mariage, principalement dans la haute société, étaient donc de plus en plus fréquentes. Les nouveau-nés étaient laissés dans la rue, confiés à des proches ou déposés anonymement à l’hospice des enfants trouvés.. Les révolutionnaires tenteront de trouver par la suite une solution à ce problème de société.

Rendez-vous dans un prochain épisode, à l’époque où la Révolution Française donne le pouvoir aux mamans !

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Ajouter une réponse