Histoires de maternage

L’histoire de la maternité en Europe : au début du christianisme, les mamans veulent devenir des mères pures

5 avril 2013

Omum vous fait découvrir cette semaine le deuxième article de l’histoire de la maternité en Europe ! Après les familles romaines où le père possédait les pleins pouvoirs, place aux « mamans pures » du début du Christianisme !

Les chrétiennes sont les premières femmes au monde à se voir accorder le droit de refuser le mariage et la grossesse pour se dédier à Dieu. La jeune fille qui refuse le mariage et l’enfantement pour se consacrer à Dieu choisit « la meilleure part ».

Marie est vierge avant, pendant et après son accouchement, ce qui la différencie des femmes gréco-romaines : d’un côté des déesses vierges hautaines comme Athéna qui refusa l’enfantement, et de l’autre des femmes mortelles séduites par les dieux de l’Olympe. La chasteté et la virginité sont ainsi des vertus qui élèvent la femme. On valorise aussi les femmes de foi élevant des enfants orphelins, c’est la maternité dite « non charnelle ».

Les mères valorisées par le christianisme tendent donc à être des mères pures. On constatera par la suite qu’en Occident, le rôle de la mère a longtemps été lié à la religion.

Le mariage en blanc et le destin de la robe de mariée dateraient de cette époque, où la femme peut et doit montrer qu’elle est vierge !

C’est ainsi qu’au XIIe siècle, apparaît le terme maternité (maternitas), inventé par des clercs pour désigner la fonction de l’Eglise : épouse du Christ. C’est au même moment que le culte de la Vierge connaît une brillante expansion. L’apparition du mot maternité marque la reconnaissance de la dimension sociale et spirituelle de la maternité. Le rôle éducatif de la mère a donc pris forme dans le cadre de l’Eglise !

On vous donne rendez-vous prochainement dans un autre épisode pour vous en dévoiler plus sur l’histoire des mamans au Moyen Age !

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Ajouter une réponse