Histoires de maternage

Le maternage, ou comment respecter son instinct de maman

22 janvier 2014
maternage visuel 900 600

Qu’est-ce que le maternage ?

Le maternage, ou étymologiquement parlant « action de materner », représente l’ensemble des pratiques et des soins visant à s’occuper d’un enfant à la manière d’une mère, en étant aussi proche que possible de son bébé.

Ses fondements théoriques reposent sur la théorie de l’attachement (1960), élaborée par John Bowlby, psychiatre et psychanalyste anglais. Selon lui, l’attachement est l’un des besoins primaires du jeune enfant, comme dormir ou manger. Ce n’est que lorsque ses besoins de proximité sont satisfaits qu’il peut s’éloigner de la personne qui le protège, pour explorer le monde.

Le maternage repose alors sur la volonté des parents, et particulièrement sur l’instinct de la maman, sur le principe qu’une mère sait au fond d’elle-même ce qui est bon ou non pour son bébé. C’est un choix éducatif, personnel et émotionnel.

Respecter cet instinct serait donc bénéfique à la mère et à l’enfant, ainsi qu’au couple, car il permettrait de respecter le rythme du bébé, et éviterait tout stress inutile aux parents. On parle alors de maternage proximal : la mère est totalement à l’écoute des besoins de son enfant, contrairement au maternage distal, qui vise à rendre l’enfant autonome en lui imposant des règles et un certain rythme (fréquences des tétées, isolement la nuit etc.).

Un concept ancien et universel

Influencés par la culture occidentale, nous apprenons plus souvent à ne pas céder aux pleurs de bébé, à le recoucher dans son berceau… plutôt qu’à lui apporter une présence et de la chaleur humaine quand on en ressent le besoin. Dans les années 60-70, la tendance est à la libération de la femme, et donc à l’affranchissement de certaines traditions familiales, comme le fait d’allaiter. Le maternage s’oppose donc plus ou moins aux modèles inculqués par l’opinion publique.

Pourtant, dans la France ancienne et dans d’autres sociétés peu industrialisées, l’allaitement et le « co-sleeping » (dormir avec son bébé) sont des pratiques courantes, et les troubles du sommeil sont rares. L’enfant est nourri dès qu’il a faim, et l’allaitement maternel favorise la continuité du lien puissant créé entre la mère et l’enfant.

Il existe de nombreuses pratiques de maternage, souvent traditionnelles. Par exemple au Mali, on accorde une attention et protection particulière à la mère après l’accouchement, car on suppose qu’elle est plus sensible au froid et à la magie. La mère et l’enfant sont alors perpétuellement ensemble, ne mangent que des aliments chauds, et restent à l’intérieur de la demeure. La mère porte son bébé le jour et dort avec lui la nuit, ce qui favorise l’allaitement sur demande, et le petit ne pleure pas.

L’esprit du maternage est donc de se recentrer sur son instinct maternel et sur les besoins de son bébé, tant au niveau physiologique qu’émotionnel, afin d’éviter toute frustration et de rester connectée avec son bébé.

A chacun son rythme

Aujourd’hui, le maternage rencontre un engouement croissant. En Europe, on parle souvent du portage du bébé, du peau-à-peau, de l’allaitement, du cododo… Il existe de nombreuses façons d’exprimer son instinct maternel, à chacune de piocher ce qui lui convient ! L’essentiel est de ne jamais se laisser culpabiliser. On peut être à la fois une maman, se sentir femme, et protéger son enfant sans pour autant l’étouffer.

Contrairement aux idées reçues, beaucoup de couples disent s’être renforcés en étant très maternants avec leur petit.

C’est le cas de Benjamin par exemple, que tout opposait au cododo, et qui l’a finalement pratiqué pendant 22 mois avec sa fille :

“Je pense maintenant que le cododo permet de ne pas être trop réveillés la nuit lors des tétées, et qu’il crée des liens plus forts entre nous sans déranger notre intimité conjugale. Mes craintes de départ ont bien sûr disparu et je recommande cette pratique si cela permet aux parents et à l’enfant de passer des nuits plus sereines.”

De même, certaines mamans trouvent parfois comment exprimer leur maternité grâce à leur conjoint : c’est parfois le papa qui d’instinct va garder son enfant contre lui, le porter, car après avoir connu le ventre maternel, c’est dans les bras qu’un tout petit doit être. Comme l’explique Nathalie, son conjoint était un maternant instinctif, et sa façon simple et naturelle de s’occuper du bébé a calmé tous ses doutes de maman.

Chacun materne donc à sa façon, il n’y a pas de règle.

Dans la notion même du maternage, tout est instinctif, donc propre à chacun. Une maman peut choisir d’allaiter après l’accouchement, puis uniquement le soir pour pouvoir reprendre le travail sereinement. De même, rien ne vous oblige à porter votre enfant en permanence : il suffit d’adapter votre envies de maman à la situation. Bien sûr si vous êtes fatiguée et que vous devez faire des courses, pas question de vous faire mal au dos ! Et même si vous n’avez simplement pas envie d’allaiter, de dormir toutes les nuits avec bébé… Ne vous forcez pas, rien ne vous y oblige. Vous pouvez très bien juste faire une petite sieste avec bébé bien au chaud contre vous dans le fauteuil. L’essentiel est que chacun trouve son rythme et respecte ses envies. Comme le dit sagement Lucille :

“Au début, tu veux tout faire bien, ou presque tout, et tu as l’impression que si un truc va de travers, tu manques à tes “devoirs” de maternante. Depuis quelques temps, j’ai appris à relativiser. Pour moi, le maternage c’est avant tout une histoire d’instinct. Avant d’écouter qui que ce soit, je m’écoute moi.”

Alors, plutôt que de plonger dans des débats sur l’éducation et les libertés, nous vous laissons le soin d’écouter votre petite voix intérieure, et ressentir ce qui est le meilleur pour votre bébé… et pour vous !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Ajouter une réponse