Grossesse, Rencontre avec...

Rites et coutumes autour de la maternité dans différentes parties du monde : Garçon ou fille, coutumes concernant le sexe du futur bébé

18 juin 2012

Cette semaine nous vous livrons le 3ème article de Lise Bartoli.

Dans de nombreux pays du monde, les parents ont une préférence pour un petit garçon, surtout lorsqu’ils n’en ont pas encore eu. Des rituels permettraient d’influer sur le sexe du bébé…

 

Pourquoi un garçon ?
2012-06-18  fille ou garçon 2En Afrique, on considère qu’une fille est éduquée à perte puisqu’elle est destinée à se marier et à s’éloigner de sa famille, alors qu’un garçon restera auprès de ses proches pour s’en occuper. En Asie, le père ira en enfer s’il n’a pas de fils puisque c’est à lui de conduire les rites funéraires le jour de la mort du père, indispensable pour l’accès au paradis. Certaines lois sont cependant mises en place pour prévenir un excès de naissances masculines, comme en Inde où une nouvelle réglementation autorise les filles à se charger des rites funéraires.

En France et dans d’autres pays occidentaux, les garçons ont eu pendant longtemps l’avantage de pouvoir perpétuer le nom de famille.

Des études montrent qu’il existe seulement 2 pays où les parents ont une préférence pour le sexe féminin : la République Dominicaine et la Colombie.

 

Comment prédire le sexe ?

Dans beaucoup de civilisations, on souhaite connaître à l’avance le sexe du bébé sans avoir la possibilité de faire une échographie pour le savoir ! D’autres techniques sont alors utilisées comme l’utilisation du pendule ou l’interprétation des rêves. Si la future maman rêve du soleil ou de bijoux, cela signifie qu’elle porte une petite fille ; si elle voit dans son rêve des outils, c’est qu’elle attend un garçon. En Corée, si un ours, un dragon ou une vache apparaissent dans le rêve, ce sera un fils ; si c’est une fleur ou quelque chose qui inspire la joie de vivre, ce sera une fille. Au Vietnam, il existe une règle simple pour connaître à l’avance le sexe du bébé : si la conception a eu lieu un lundi, mercredi ou vendredi, ce sera un garçon. Tous les autres jours donneront une fille.

 

Comment influencer le sexe du bébé ?

Certains rites existent pour influer sur le sexe du futur enfant. Les musulmans disent que la mère doit dormir sur le côté droit, côté le plus heureux, si elle veut un petit garçon alors que c’est l’inverse au Vietnam, en Inde et au Sri Lanka, où il faut se coucher sur le côté gauche.

Dans certains pays d’Afrique et d’Asie, on dit qu’on peut influer sur le sexe de l’enfant en mettant des objets sous le lit des parents. Dans certaines populations africaines, on y cachera un arc et des flèches pour obtenir un garçon, ou au contraire un métier à tisser pour une fille. Au Vietnam, un petit arc ou des plumes de coq (emblème de la masculinité) favoriseront le sexe masculin.

En Chine et à Taïwan, il existe des rituels permettant de modifier le sexe de l’enfant pendant la grossesse : le chaman découpe une figurine en papier rouge et blanc, y inscrit le futur prénom du bébé ainsi que ce qu’on lui souhaite, puis le place en position fœtale, afin d’avoir une influence sur ce qu’il sera plus tard.

 

Ce qui est commun à toutes les civilisations, c’est que l’accueil du bébé sera différent s’il s’agit d’un garçon ou d’une fille !

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Ajouter une réponse