Grossesse, Histoires de maternage, Rencontre avec...

Qu’est-ce que l’haptonomie ?

6 septembre 2013

L’haptonomie ça vous parle ? Un peu ? Beaucoup ? Passionnément ? Nous, on vous en parle aujourd’hui avec Eric, haptothérapeute, qui a participé à la création de nos très chouettes rituels de massage Omum. Il nous livre un article très complet sur l’haptonomie.

Eric, peux-tu nous expliquer ce qu’est l’haptonomie ?

Quelques extraits de la définition fournie par le docteur Frans R. Veldman, directeur du Centre International de Formation en Haptonomie précisent : «L’haptonomie, en tant que science, étudie les lois qui régissent la vie affective. Le mot haptonomie provient de la fusion de deux concepts du grec ancien : HAPSIS et NOMOS. Hapsis désigne : ce que l’on sent, ce que l’on ressent, le tact, le toucher. Nomos signifie : la règle, la loi, la norme. Hapto, dans le mot haptonomie, provient du verbe Haptein, qui signifie : toucher, unir, créer une relation, un lien. Au sens plus figuré : entrer en contact (tactile) pour guérir, rendre entier, confirmer. C’est ce contact spécifique qui caractérise l’approche haptonomique : le toucher qui rencontre, qui rend un, qui englobe toute la personne afin de la confirmer dans son être… » L’haptonomie permet de poser une relation par un toucher bien spécifique et d’inviter la personne qui est touchée à s’ouvrir à soi, à l’autre, au monde qui l’entoure pour sentir comment elle peut ETRE dans la vie, en toute autonomie. A l’inverse, bien souvent, de ce que notre propre éducation et société nous a appris. Mais pour cela, il faut pouvoir en vivre l’expérience en étant accompagné par un toucher qui soit présent, sécurisant et contenant. C’est ce que propose l’accompagnement en haptonomie. Ce contact affectif est donc essentiel au développement et à l’épanouissement de chaque être humain. Et c’est pour cette raison, que les applications de l’haptonomie sont assez larges.

Les principales sont l’haptosynésie (pour accompagner les personnes malades, handicapées, âgées, en fin de vie…), l’accompagnement psychothérapeutique, l’accompagnement pré et postnatal, l’hapto-obstétrique.

En quoi consiste l’haptonomie prénatale ?

Dans le cadre prénatal, l’haptonomie va inviter et initier les parents à découvrir la possibilité de rencontrer bébé dans le giron maternel. Et cela dès ses premiers mouvements (entre 4 et 5 mois). C’est ce contact, par un toucher doux et sécurisant qui crée un lien avant la naissance entre les parents et bébé(s). Cet accompagnement invite également le père à prendre sa place activement pendant la grossesse, au cours de l’accouchement par des gestes sécurisants envers la maman et l’enfant.

Cette relation va se poursuivre après la naissance, où les parents vont pouvoir découvrir et faire découvrir à l’enfant sa propre autonomie avec quelques «manutentions» douces et quelques «techniques» de portage.

Qu’est-ce que cela apporte au bébé ?

L’accompagnement en haptonomie permet à l’enfant d’acquérir très tôt une certaine sécurité que l’on nomme sécurité de base. Celle-ci est importante pour son autonomie.

Egalement, cet accompagnement ouvre l’enfant à ses facultés relationnelles.

Il va découvrir qu’il n’y a pas que sa maman mais que d’autres personnes sont là dans le monde extérieur qui l’entoure et notamment son papa. Cette rencontre affective va être très nourricière pour lui.

Pour expliquer aux parents, je prends souvent l’exemple d’une petite maison. Au début de la construction, il est important de faire de bonnes fondations avec les bons matériaux et les bons outils si l’on veut que cette maison soit stable, qu’elle puisse s’élever convenablement et qu’elle traverse les turbulences de la vie (saisons). Avec l’enfant, c’est pareil. Il convient très tôt de l’aimer, de poser une relation sécurisante avec lui afin qu’il puisse faire face à la vie plus sereinement.

Dès leur naissance, les bébés accompagnés en haptonomie sont tout de suite dans la relation. Leur visage est souvent plus ouvert. Ils sont plus éveillés du fait de la relation posée très tôt puisqu’encore dans le giron.

Qu’est-ce que cela apporte aux parents ?

Cela leur permet de vivre la naissance à 2 et non de la subir.

Cet accompagnement pose une relation affective entre le père, la mère et l’enfant à naitre très tôt que l’on appelle relation triangulaire. Chacun trouve donc sa place. Le père découvre qu’il a un rôle très important, qu’il n’est pas laissé de côté et que la naissance n’est pas qu’une affaire de femmes. Il est pleinement inclus. C’est également lui qui va accompagner la notion d’attachement/détachement. Cela permet ainsi à l’enfant et la mère de ne pas être que dans une relation exclusive et fusionnelle ce qui va faciliter l’entrée dans le maternage.

Quant à la mère, elle va se sentir moins seule face à l’inconnu que représente la naissance d’un enfant. Elle va pouvoir ouvrir son cœur à son enfant ce qui n’est pas toujours facile face aux nombreuses modifications corporelles et maux qu’elle vit. Elle va se découvrir mère. Certains gestes vont pouvoir aussi modifier certaines de ses tensions physiques et psychiques l’aidant à mieux vivre la grossesse.

Avec l’accompagnement en haptonomie, les parents vont devenir acteurs et non rester spectateurs.

Comment se déroule une séance d’haptonomie ?

Je reçois une première fois les futurs parents. Je les écoute sur ce qu’ils vivent chacun à leur niveau, ce qu’ils ressentent. Je leur demande ce qu’ils connaissent de l’haptonomie, ce qu’ils en attendent. Puis je leur explique comment je peux les accompagner. Cet échange est important car il permet à chacun de se connaître un peu mieux. Il doit aussi permettre aux parents de sentir si l’haptonomie leur correspond, s’il s’agit bien de ce qu’ils avaient imaginé et s’ils sont « motivés » pour vivre cet accompagnement. Et à moi-même d’apporter des ajustements si besoin. J’explique cet engagement affectif que les parents devront avoir en séances mais surtout à la maison pour mûrir la relation à 3.

Ensuite, j’accompagne les parents dans cette première relation avec l’enfant par le toucher. Je leur fait découvrir le giron maternel dans lequel bébé grandit et comment l’inviter à la relation.

Lors des séances suivantes, au début, je prends toujours le temps d’écouter comment chacun vit la relation.

Puis, après avoir demandé l’accord aux 2 parents, je prends contact avec le giron de maman afin de sentir comment sont la maman et l’enfant. Avec ce que j’ai entendu en début de séance et ce que je sens, je vais pouvoir dérouler ma séance : proposer tels ou tels gestes favorisant la rencontre, permettant au bébé d’avoir plus de place, permettant de gérer la douleur…. Comme je l’expliquais plus haut, nous travaillons aussi sur la notion d’attachement/détachement. Le premier détachement étant la naissance de l’enfant.

J’ai de nombreux « outils » à ma disposition que je propose aux parents en fonction de ce qui sera le mieux pour les accompagner. Bien évidemment, je respecte un certain cheminement. Certains gestes ne pouvant pas être proposés à n’importe quel moment de la grossesse.

A la fin de chaque séance, je laisse toujours un peu de temps pour que les parents se retrouvent seuls tous les 3 et puissent dirent au revoir à l’enfant, lui signifier que c’est le moment de la fin de la rencontre.

Important :

cet accompagnement n’est pas une préparation classique à l’accouchement faisant l’objet d’une prise en charge

– je travaille toujours en lien avec les gynécologues-obstétriciens ou sages-femmes, ceci est important pour me permettre d’orienter si besoin.

Et d’un point de vue pratique ?

Quand commencer ? Dès que maman sent son bébé bouger, c’est à dire aux environs du 4e mois de grossesse

Combien de séances ? Il n’y a pas de règle : toutes les 2 semaines et demi / 3 semaines. Mais un temps suffisant entre 2 séances est important afin que les futurs parents puissent développer et cultiver la relation affective avec bébé. Les séances iront jusqu’à la naissance (en moyenne : 7 à 8 séances en prénatal et 2 séances en postnatal).

Combien cela coûte ? Chaque praticien évalue le prix de sa séance. Pour ma part, j’applique un prix permettant à un plus grand nombre d’en bénéficier (entre 50 et 60 euros/séance).

Durée d’une séance ? Je propose des séances qui durent une heure.

Où ? A Troyes.

Et après l’accouchement ?

Je propose aux parents de les revoir avec bébé 3 semaines à 1 mois après la naissance. J’écoute les parents sur leur vécu de l’accouchement (très important) et sur leur relation avec leur bébé. Puis nous travaillons des “techniques” de portage pour favoriser la relation et ouvrir le bébé au monde qui l’entoure. D’autres aspects relationnels sont abordés.

En cas de naissance par césarienne, je propose aux parents de revenir plus tôt afin de faire un travail spécifique visant à lever les tensions tant physiques que psychiques. En effet, souvent le vécu est lourd et difficile et il demande à être travaillé en haptonomie afin de ne pas entraver à la relation avec l’enfant.

Un conseil à donner aux futures mamans ?

J’ai plusieurs conseils à leur transmettre. La grossesse est une période à part, dans la vie d’une femme. Il est donc important de prendre soin d‘elles, de s’accorder du temps pour soi et son enfant à naître en effectuant des soins spécifiques et en se faisant accompagner par des approches holistiques. La grossesse n’est pas une pathologie mais cependant elle requiert d’adapter un rythme de vie le plus calme possible et et de faire attention à certains gestes de façon à aller jusqu’à la naissance le plus sereinement possible.

Préparer la venue de bébé en haptonomie est une expérience inoubliable qui invite chacun à une certaine sérénité.

Un grand merci à Eric pour toutes ces infos sur la pratique de l’haptonomie ! Pour consulter les rituels de massage Omum co-créés avec Eric, c’est ici ! Et pour les voir en image, voici la vidéo !

Pour contacter Eric Girardot : www.lessens-de-bienetre.com

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Ajouter une réponse