Grossesse

Mieux comprendre la grossesse pour la vivre sereinement

30 avril 2012

Dans l’imaginaire collectif, la grossesse est avant tout un bouleversement physique caractérisé par un ventre bien rond. Cependant, l’agitation vient aussi d’un peu plus haut, de notre cerveau ! Se préparer à la venue d’un enfant entraîne un remaniement profond de la vie d’une femme qui peut se traduire par de petits maux : hyperémotivité, anxiété, insomnies, stress ou encore cauchemars peuvent venir troubler cette période de bonheur et d’épanouissement. N’y voyez là rien de grave : ces ressentis sont tout à fait bénins et concernent bon nombre de femmes qui n’osent pourtant pas toujours les évoquer (de peur de paraître ingrates face à ce moment de vie privilégié). Comprendre l’origine de ces maux pourra vous aider à mieux les vivre et à les apaiser.

 

La perspective de l’accouchement

L’inquiétude la plus évidente est la perspective de l’accouchement. Une femme sur deux est préoccupée par cette idée*. Il est vrai qu’entre le bouche à oreille et la surinformation médicale, les femmes sont aujourd’hui plus stressées qu’autrefois. Pourtant, les progrès faits dans ce domaine devraient vous rassurer puisque la plupart des accouchements se déroulent parfaitement bien.

L’approche du terme et l’idée qu’il va falloir se séparer physiquement de son bébé, lui donner la vie au sens propre, peut aussi être angoissante pour la future maman.

Devenir quelqu’un d’autre

La grossesse implique un remaniement de sa propre personnalité : on passe du statut de femme à celui de mère, conduisant quelque part à « faire mourir » une partie de soi lorsque l’enfant nait. Ce passage peut être apparenté à une crise d’adolescence dans la mesure où l’on en ressort grandie. On peut donc excuser une femme enceinte d’avoir quelques sautes d’humeur !

A ces pensées bien souvent inconscientes vient s’ajouter la transformation du corps, au sens physique cette fois, avec la peur que le regard du conjoint ne change…

Des inquiétudes traitées par notre inconscient durant le temps de sommeil

Bref ! On comprend que la future maman soit affectée jusque dans son sommeil et soit sujette à des cauchemars, parfois violents, mais en aucun cas inquiétants. Ceux-ci s’accentuent souvent au 3ème trimestre ; ils permettent à la future maman de mieux assumer ses angoisses et sont avant tout le reflet du travail psychologique qui s’opère pendant les 9 mois de grossesse. Finalement, la future maman et son bébé se préparent chacun à leur manière à l’entrée dans une nouvelle vie !

Soyez attentive aux bouleversements psychologiques qui s’opèrent en vous et n’oubliez pas que depuis votre ventre, bébé ressent déjà beaucoup de choses. Prenez du temps pour en parler avec le futur papa (qui lui aussi a certainement quelques inquiétudes à exprimer !) et pour vous relaxer ; vous pouvez par exemple vous tourner vers des techniques de relaxation comme le yoga ou la sophrologie qui pourront vous aider à passer ces 9 mois en toute sérénité.

*TNS-Sofres

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Ajouter une réponse