Grossesse et compagnie

Les gestes essentiels pour limiter son exposition aux perturbateurs endocriniens

2 mai 2019

On entend beaucoup de choses sur les perturbateurs endocriniens autour de nous. Difficile de s’y retrouver !  Aujourd’hui, nous allons essayer de vous éclairer sur ce sujet, et de vous donner nos conseils pour vous prémunir des méfaits de ces polluants !

Les perturbateurs endocriniens… Mais qu’est-ce que c’est ?

Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques étrangères à l’organisme, qui peuvent interférer avec les hormones, en bloquant leur action, en la reproduisant ou en la modifiant. Pendant la grossesse, il faut y être particulièrement vigilantes et adopter quelques bons gestes que nous vous présentons dans cet article.

 

Dans la salle de bain : votre routine beauté vous adapterez !

La grossesse est un moment magique, mais aussi un moment de grande vulnérabilité pour maman et bébé. Et de la même manière que l’on surveille son alimentation pendant ces 9 mois, il faut être attentive aux formules de nos produits de beauté !

Notre meilleur conseil beauté est de réduire votre routine à l’essentiel: adoptez des soins aux formules naturelles et certifiées bio, réduisez au maximum votre utilisation de vernis à ongles, parfum ou maquillage non certifiés naturel ou bio et enfin, privilégiez les produits simples, qui ne présentent pas des listes d’ingrédients à rallonge ! Par exemple, pourquoi ne pas utiliser un savon solide naturel plutôt qu’un gel douche parfumé ? …et en plus, c’est plus économique et plus écologique 😉

Apprenez aussi à reconnaître les principaux ingrédients perturbateurs endocriniens dans vos cosmétiques. Le cahier des charges Cosmebio respecte le principe de précaution : « lorsque l’on a la preuve scientifique qu’un ingrédient, une technologie ou un procédé présente un risque pour la santé ou l’environnement, on met en place des précautions particulières en attente de mesures d’interdiction ».

N’oubliez donc pas que la cosmétique certifiée BIO (Cosmos Organic / Cosmebio, Nature & Progrès…) est déjà une première garantie de l’absence de substances indésirables. Pour aller plus loin et vous permettre de faire le tri dans vos placards, retenez les principaux perturbateurs endocriniens :

– Les silicones (dimethicone, methicone, tout nom dérivé de siloxane, …)

– Les parabens et le methylisothiazolinone

– Le triclosan (fréquent dans le dentifrice)

– Le phenoxyethanol

– Le BHA ou BHT

– Les filtres UV chimiques (benzophenone, oxybenzone, ethylhexyl methoxycinnamate, 4-methylbenzylidene camphor, …)

Cette liste est non exhaustive. Chaque substance peut aussi se cacher sous des dizaines de noms dérivés. Pour compléter votre première lecture, n’hésitez pas à scanner vos produits via les applications Yuka ou INCI Beauty.

 

Dans la cuisine : des récipients en verre vous préférerez !

Les perturbateurs endocriniens rentrent également dans la composition de certains plastiques. Ils n’ont cependant généralement pas vocation à entrer en contact avec notre organisme. Alors quel est le problème ? Lorsqu’il est chauffé, le plastique se déforme et les perturbateurs endocriniens peuvent migrer d’un film plastique ou d’une boîte vers les aliments qu’ils protègent ou contiennent. Privilégiez donc un film plastique spécialement conçu pour aller au micro-ondes (il ne transfère pas de composés nocifs) ou des boîtes hermétiques en verre ! Pour ce qui est de votre alimentation, privilégiez les aliments bio et non transformés.

Remarque : les gobelets de la machine à café du boulot sont confrontés au même problème : un liquide chaud dans un récipient plastique pas forcément adapté. Pour vous en protéger, optez pour votre propre mug ou gobelet, de préférence pas en plastique, mais si c’est le cas, vérifiez alors au-dessous qu’il est bien adapté pour contenir un liquide chaud (s’il y a un symbole triangulaire composé de 3 flèches et un « 5 » au milieu, c’est bon !) …et en plus, on limite nos déchets !

Dernière astuce de chef : pensez à allumer la hotte lorsque vous cuisinez afin d’aspirer les émanations de graisses et huiles qui peuvent contenir des substances toxiques.

 

Dans la chambre et le séjour : votre intérieur vous aérerez !

Afin de préserver la qualité de l’air de votre intérieur et d’éliminer les éventuels polluants qui pourraient s’y trouver, il est nécessaire de connaître et d’adopter quelques bons gestes : le premier, c’est d’aérer ! L’idéal est de laisser une fenêtre ouverte pendant une dizaine de minutes chaque jour, afin de renouveler l’air. Essayer également de limiter votre utilisation de bougies parfumées, encens ou brumes qui, même si elles sentent très bons, ne sont pas faites pour purifier votre intérieur et au contraire, libèrent parfois des molécules nocives.

 

Dans le dressing : les nouveaux vêtements vous laverez !

On est toutes tentées de porter notre nouvelle trouvaille vestimentaire le plus tôt possible, quitte, parfois, à la porter directement, sans passer par la case machine. Pourtant, il est important de laver tout vêtement (écharpe et foulard compris !) susceptible d’être en contact direct avec votre peau avant sa première utilisation.

En effet, certains composés toxiques peuvent s’accumuler sur les vêtements lors de leur processus de fabrication (traitements imperméables, antitaches, ignifuges, anti-moisissures, antibactériens), de stockage ou de transport. Alors, pour éviter tout désagrément, n’oubliez pas de les laver avec des lessives écologiques, ou maison. L’idéal étant d’opter pour des lessives biologiques, sans parfum ni allergène !

 

Vous l’aurez compris, les perturbateurs endocriniens nous entourent au quotidien. Ils agissent à des doses infimes et l’effet de leur combinaison inquiète les scientifiques. La meilleure manière de limiter votre exposition à ces substances nocives est de consommer moins, mais mieux !

Réduisez le nombre de produits que vous utilisez au quotidien, privilégiez des produits simples, naturels et certifiés biologiques.

N’hésitez pas à nous faire part de vos bonnes habitudes !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Ajouter une réponse