Clean beauty

La saponification à froid : processus de fabrication ancestral des savons

5 février 2014

Vieille de 3000 ans, la saponification (= fabrication du savon) a été inventée en Syrie.

Les premiers savons étaient obtenus avec de l’huile d’olive (acide oléique) et de la soude végétale. Il existe de nombreux types de savons, aux usages et compositions différents, comme par exemple :

– le savon d’Alep, le plus ancien savon syrien, à base d’huile d’olive et d’huile de baies de laurier.

– le savon de Marseille traditionnel, préparé avec de l’huile d’olive et de la soude. Il contient aussi de l’huile de coprah et de l’huile de palme.

– le savon à froid, produit selon la méthode dite de saponification à froid (SAF).

Omum vous propose cet article centré sur la saponification, et plus particulièrement sur la saponification à froid (c’est-à-dire sans élever la température de réaction) et ses bienfaits, méthode de fabrication artisanale utilisée pour produire le Cajoleur d’Omum !

Les différentes étapes de saponification :

Le savon est le fruit d’une réaction chimique entre des triglycérides d’acides gras (huiles ou beurres végétaux), et une base (souvent de la soude pour les savons solides, ou de la potasse pour les savons liquides). Les huiles et beurres végétaux utilisés contiennent également une fraction insaponifiable (inerte lors de la réaction), tels que des stérols ou des vitamines, qui procureront à chaque savon des propriétés uniques selon les ingrédients le composant (effet antioxydant, nourrissant, émollient, adoucissant, protecteur…).Saponification à froid - moulage

Cette réaction va former le savon, composé des acides gras provenant des huiles ou des beurres (chaîne carbonée R),ainsi que de la glycérine, agent hydratant liquide idéal pour tous les types de peaux. La réaction étant totale, toute la soude est consommée et disparaît du mélange en fin de réaction : il n’y aura aucun produit corrosif ou irritant dans le savon final.

Lors de la réaction chimique, les industriels chauffent d’ordinaire le mélange entre 80°C et 120°C, afin d’accélérer le processus. On parle alors de saponification à chaud. C’est la méthode la plus utilisée, notamment pour les savons de Marseille, car elle est très rentable. Les savons sont rapidement cuits et utilisables.

Mais ces processus de saponification à chaud peuvent dénaturer les composants insaponifiables et les huiles végétales, altérés par la chaleur. De plus, la glycérine produite est retirée du mélange lors du relargage (étape qui sépare le savon cuit des autres produits liquides), car elle encrasse rapidement les machines. Elle est ensuite vendue à part, ayant une forte valeur marchande.

Dans le processus de saponification à froid, le savon n’est pas chauffé donc pas cuit : on mélange simplement les corps gras avec la soude jusqu’à obtenir une texture de crème anglaise. La pâte est coulée en moules et durcie en 24h. On laisse alors les savons sécher pendant plusieurs semaines avant de les démouler.

Les avantages de la saponification à froid :Saponification à froid - savons

– la lenteur du processus (1,5 mois environ) permet d’éviter la phase de relargage, et de conserver la glycérine formée par la saponification sans l’extraire du mélange. Elle conférera donc au savon ses propriétés hydratantes.

– la température de réaction (ambiante) préserve les qualités intrinsèques des principes actifs utilisés, car les molécules ne seront pas dénaturées par la chaleur.

– le temps de séchage des savons (4 semaines), appelé cure ou affinage, permet à la saponification de bien se terminer. Le savon se bonifie (comme le fromage ou le vin !) et fondra moins vite qu’un savon fait à chaud. Il s’utilise donc plus longtemps.

Ce processus de SAF comporte un réel enjeu culturel. Il rassemble une communauté de fabricants artisanaux français, comme par exemple les associations ASSAF et ADNS. Au niveau de l’impact écologique et sanitaire, la SAF est respectueuse de l’environnement, car les savons sont biodégradables, sans ingrédients issus de la pétrochimie ni emballages plastiques (donc non polluants). Au niveau du process, la SAF ne nécessite que très peu d’énergie et de machines (travail à la main à température ambiante).

Fabriquer un savon saponifié à froid nécessite donc de s’armer de patience, mais est un gage indéniable de qualité !

Comment reconnaître un savon saponifié à froid ?

Le logo ci-contre est souvent présent sur l’emballage (plastique ou étui) d’un savon saponifié à froid.Saponification à froid - logo

Les savons saponifiés à froid se reconnaissent également en consultant la liste INCI (ingrédients formulant le savon, écrits sur l’emballage) : la plupart du temps, les premiers composants sont les huiles ou beurres végétaux utilisés dans la réaction de saponification, comme le beurre de karité, l’huile d’olive, l’huile de coco…

Qui plus est, vous ne trouverez jamais de conservateurs de synthèse, tels que l’EDTA, le BHT… dans ce type de savon.

D’un point de vue visuel, ces savons ont un aspect artisanal, “fait main”, un peu irrégulier. Si vous pouvez les toucher, vous remarquerez que la surface est “grasse”, onctueuse.

Enfin, ces savons sont rarement vendus en grandes surfaces. Privilégiez les magasins bio, ou les boutiques des fabricants.

Et Omum dans tout ça ?

Omum a choisi la SAF pour fabriquer son savon protecteur ultra-nourrissant, Le Cajoleur.

Pourquoi choisir Le Cajoleur ?

Parce qu’il est fabriqué à base d’huiles nobles végétales, biologiques à 69%, et qu’il comporte des inclusions de germes de blé frais. Celles-ci viendront gommer votre peau tout en douceur. L’huile de coco apporte un réel pouvoir moussant et lavant, l’huile de germe de blé et le beurre de karité apportent douceur, tenue, onctuosité, nutrition et hydratation. Le combo idéal pour avoir une peau de bébé !

Naturellement hydratant, il viendra prendre soin de la peau des futures mamans dès la douche (et sera vite adopté par toute la famille !), pour un véritable moment de détente. Outre sa fonction nettoyante, c’est un véritable soin qui apaisera et nourrira votre peau.

Le petit plus ? Il est fabriqué sans huile de palme.

Vous l’aurez bien compris, fini la peau tiraillée par la douche et par les produits astringents ! Optez pour des savons à froids, plus hydratants et nourrissants, plus écolos, durables, et produits de savoir-faire.

Le savon va se réinviter dans nos salles de bain, pour venir cajoler la peau des petits et des grands !

 

Vous aimerez aussi

3 Commentaires

  • Répondre bodet 28 octobre 2017 at 11 h 50 min

    Bonjour
    Je suis fan des savons à froid et en fais également
    Que répondre à un client qui pense que peut importe la qualité des huiiles vu que la soude “mange” tout,?
    Merci de votre aide!!

    • Répondre Omum 30 octobre 2017 at 11 h 42 min

      Bonjour Christine,

      Pendant le processus de saponification, une partie des huiles et beurres ne saponifient pas ; Ce sont les insaponifiables. Cette partie offre encore toutes ses propriétés cosmétiques après le processus. Par ailleurs, les savons saponifiés à froid peuvent aussi être surgras : nous pouvons leur ajouter des huiles et beurres pour adoucir, nourrir et protéger la peau. Cet enrichissement vient après la saponification et offre 100% de ses bienfaits cosmétiques.

  • Répondre Flow - La savonnerie 16 décembre 2018 at 10 h 21 min

    Juste merci pour cet article et le partage de connaissances. On espère que les gens passent progressivement au savon à froid pour la santé de leur peau et de la préservation de la planète.

  • Ajouter une réponse