Les perturbateurs endocriniens : mais qui sont-ils ?

Les perturbateurs endocriniens : mais qui sont-ils ?

Les perturbateurs endocriniens sont au cƓur de l’actualitĂ© car ils sont suspectĂ©s d’ĂȘtre Ă  l’origine, Ă  court ou long terme, de nombreuses pathologies. Mais que sait-on exactement d’eux ? Sont-ils rĂ©ellement dangereux ? Et surtout oĂč les trouve-t-on ?  Comment remĂ©dier Ă  leur utilisation ? Autant de questions que l’on doit dĂ©sormais se poser.       1.Les PE, kĂ©sako ? D’aprĂšs l’OMS, les perturbateurs endocriniens, plus communĂ©ment appelĂ©s PE sont des substances ou mĂ©lange de substances affectant la/les fonction(s) du systĂšme endocrinien. Notre systĂšme endocrinien (hormonal) est constituĂ© d’une multitude de glandes (thyroĂŻde, ovaires, testicules...) qui sĂ©crĂštent des hormones. Elles sont libĂ©rĂ©es dans notre sang et jouent un rĂŽle majeur dans les fonctions vitales de l’organisme : le dĂ©veloppement du fƓtus et de l’enfant, la reproduction, le mĂ©tabolisme, la rĂ©gulation de la glycĂ©mie etc. Les PE viennent alors perturber l’action des hormones ou des glandes hormonales.       2. Mais oĂč se cachent-ils ? Dans les aliments et leurs contenants. Dans les produits pour la toilette et les cosmĂ©tiques. Dans les produits d’entretien. Dans les mobiliers et peintures. Dans les jouets et vĂȘtements. Les PE sont partout ! Saviez-vous que prĂšs de 800 substances chimiques ont des propriĂ©tĂ©s perturbatrices endocriniennes avĂ©rĂ©es ou suspectĂ©es ? La liste est aujourd’hui bien trop longue ! Un aliment peut par exemple contenir des polluants tels que les pesticides (dans les fruits, lĂ©gumes, cĂ©rĂ©ales) ou d'autres substances tels que les dioxines, PCB, mĂ©taux lourds (dans les poissons prĂ©dateurs : saumon, thon, requin...). Les PE peuvent Ă©galement provenir de l'emballage. Et que se passe-t-il dans notre salle de bain ? Nos shampoings nous mettent-ils en danger ? Les produits de beautĂ© ne font pas exception et certains contiennent d’ailleurs plus de perturbateurs endocriniens que d’autres : On entend souvent que les gĂ©ants industriels de la BeautĂ© utilisent des substances controversĂ©es parce qu’ils n’ont pas le choix 
 Elles sont utilisĂ©es par exemple pour la conservation du produit, pour donner de la texture Ă  une crĂšme ou encore pour parfumer. Pourtant des alternatives existent. Et c’est le choix que font de nombreuses marques comme Omum dans leur quĂȘte aux soins cosmĂ©tiques sains.       3. Comment les Ă©viter ? Tout n’est pas perdu. On vous donne aujourd’hui quelques conseils pour Ă©viter au maximum les perturbateurs endocriniens dans votre routine beautĂ©. PrĂ©fĂ©rez des cosmĂ©tiques bio. L’utilisation de certaines substances chimiques considĂ©rĂ©es comme PE y sont interdites. C’est le cas notamment des BHA et BHT qui sont utilisĂ©s dans les cosmĂ©tiques conventionnels comme antioxydants. Ils “prĂ©servent” les huiles du rancissement et Ă©vitent que votre crĂšme quotidienne ne brunisse ou que son odeur soit altĂ©rĂ©e. N’hĂ©sitez pas Ă  lire attentivement les Ă©tiquettes des produits que vous souhaitez acheter pour faire un choix Ă©clairĂ©. Certaines substances sont des perturbateurs endocriniens et leur simple prĂ©sence dans la liste des ingrĂ©dients de votre soin est le signe d’un produit nocif pour la santĂ©. Les huiles minĂ©rales : Paraffinum liquidum, Cera microcristallina, Mineral Oil, Petrolatum
 Les Alcools gras et solvants : Methyl / Propyl / Caprylyl -alcohol, Alcool cĂ©tylique, Alcool stĂ©arilique... Les Silicones : Les silicones ont une terminaison en -one ou -oxane : dimethicone, cyclohexasiloxane... Les PolymĂšres : PEG, PPG mais aussi -cellulose, crosspolymer,polypropylĂšne, X-polymer-X, X-vinyl-X, etc.       4. Une solution plus naturelle pour vos aisselles S’il y a bien un cosmĂ©tique montrĂ© du doigt pour sa composition parfois nocive pour la santĂ©, c’est le dĂ©odorant. Selon de nombreuses Ă©tudes scientifiques, l’utilisation continue de dĂ©odorants et d’anti-transpirants conventionnels pourrait ĂȘtre impliquĂ©e dans le dĂ©veloppement de cancers du sein, en raison de la prĂ©sence de certains composants comme l’aluminium (ou chlorhydrate d’aluminium), le triclosan ou les parabens. InquiĂ©tant non ? Et si vous passiez au dĂ©odorant naturel ? Saviez-vous que le creux de l’aisselle est une zone particuliĂšrement permĂ©able ? Le rasage ou l’épilation rĂ©guliers lĂšsent la peau et augmentent encore l’absorption cutanĂ©e. Le choix de notre dĂ©odorant n’est donc pas anodin. Omum a dĂ©veloppĂ© pour vous une solution sĂ»re et naturelle. Le DĂ©licat est un dĂ©odorant Ă  bille, Ă  l’efficacitĂ© 24h, dĂ©diĂ© aux peaux sensibles, mĂȘme aprĂšs rasage ou Ă©pilation. Un soin quotidien sans alcool, sans sel d’aluminium ni bicarbonate. Il rĂ©gule la transpiration sans la bloquer et prĂ©vient les odeurs grĂące Ă  ses actifs naturels antibactĂ©riens et absorbants. Passer au naturel, c’est parfois s’armer de patience avant de trouver le produit qui nous conviendra. Passer au naturel, c'est prĂ©fĂ©rer des compositions saines tout aussi efficaces que des dĂ©odorants classiques. Il suffit simplement que votre corps s'y habitue. Mais il le mĂ©rite !