Grossesse et compagnie

Le ballet des hormones de la grossesse et ses conséquences !

31 août 2012
hormones_900x600

Pendant la grossesse a lieu un chamboulement hormonal dans le corps de la future maman.

Vous avez dû remarquer qu’il n’est pas sans conséquence !

Savez-vous à quoi servent exactement les hormones ?

 

En fait ce sont des messagers, leur rôle est toujours le même : transmettre des ordres depuis leur lieu de production jusqu’à leur cible (un organe du corps). Une fois libérées dans le sang, les hormones se mettent à la recherche de l’organe en question, puis une fois trouvé, elles s’y fixent et transmettent l’ordre qu’elles ont reçu.

 

Tout débute lors de la fécondation…

 

Suite au largage de l’ovule, le follicule devient un corps jaune. S’il y a un rapport sexuel, l’ovule va rencontrer un spermatozoïde et un embryon sera créé. L’embryon peut alors s’ancrer dans la paroi utérine. C’est le déclenchement d’un grand bouleversement hormonal ! Pendant neuf mois, des hormones sont produites en très grandes quantités afin de permettre le développement et la nutrition du fœtus.

 

 

 

Et le ballet commence…

 

Dès les premiers jours qui suivent la fécondation, la gonadotrophine chorionique humaine (HCG) est secrétée en grande quantité. Elle va permettre de maintenir le corps jaune. Ce dernier va ainsi pouvoir continuer de produire des œstrogènes et de la progestérone qui vont permettre le maintien de l’embryon et l’arrêt des règles pour les 9 prochains mois. L’HCG est bien connue car c’est l’hormone de la grossesse qui va être dosée lors du test de grossesse s’il est positif. C’est la grande quantité de HCG qui en général va entraîner les nausées… Heureusement, dès le troisième mois le taux d’HCG diminue avec les nausées (ouf) !

La progestérone est produite en grande quantité tout au long de la grossesse, par le corps jaune, puis par le placenta. Elle va permettre l’implantation de l’embryon et l’épaississement de la paroi utérine. Avec l’œstrogène, elles vont favoriser le développement des seins et la préparation à la lactation. La progestérone entraîne également le relâchement des muscles lisses : l’intestin et le cœur deviennent paresseux, ce qui peut entraîner constipation et évanouissement. Mais rassurez-vous, il n’y a pas que des inconvénients car c’est grâce à la progestérone que vous viennent ces sentiments de plénitude et d’épanouissement…enceinte, vous êtes zen…

L’œstrogène voit son taux exploser lors de la grossesse, il peut être multiplié par 1000 ! Cette hormone permet l’accroissement du volume sanguin nécessaire à l’alimentation de bébé en nutriments et oxygène. Le petit inconvénient est que l’œstrogène peut provoquer de la rétention d’eau. Au plus fort de sa sécrétion, aidé du soleil, il peut favoriser le fameux « masque de grossesse » et des boutons disgracieux…Heureusement, le pouvoir hydratant des œstrogènes donne dans la majorité des cas une peau d’ange et des cheveux volumineux et brillants (on en a parlé ici )…et une ligne brune (ou blonde) sur le ventre !

Lors de l’accouchement le taux de progestérone chute brusquement, de même que ses effets relaxants : les contractions peuvent commencer. D’autres hormones interviennent pour aider à la libération du nouveau-né : l’ocytocine entraîne les contractions, l’endorphine maintien la douleur supportable, enfin, un pic d’adrénaline en phase finale permet la délivrance.

Une fois l’accouchement terminé, les taux d’hormones vont progressivement revenir à la normale, à l’exception de la prolactine qui permet l’allaitement, dans le cas où maman allaite bébé.

Maintenant que vous connaissez la raison exacte de tous ces bouleversements, vous pourrez dire que c’est bien la faute aux hormones !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Ajouter une réponse